Dévoilement des premières données de l’étude PARCOURS : 46% DES NOUVEAUX DEMANDEURS D’AIDE ALIMENTAIRE SONT EN SITUATION D’INSÉCURITÉ GRAVE

29 avril 2021

En collaboration avec les Banques alimentaires du Québec, la Chaire CACIS dévoile les premières données de l’étude PARCOURS, une étude longitudinale qui suit la trajectoire de 1 000 nouveaux usagers d’organismes d’aide alimentaire, recrutés entre septembre 2018 et janvier 2020, soit juste avant la pandémie mondiale. Cette dernière révèle la fragilité de la situation de plusieurs bénéficiaires alors que près de la moitié d’entre eux (46 %) sont en situation d’insécurité alimentaire grave au moment où ils ont recours pour la première fois à l’aide alimentaire. L’insécurité alimentaire grave se caractérise par un niveau extrême de privation, tel que se priver de nourriture une journée entière, menant parfois même jusqu’à une perte de poids non désirée.

DE NOMBREUX USAGERS EN SITUATION DE GRANDE VULNÉRABILITÉ
Les premiers constats de l’étude PARCOURS sont très évocateurs et démontrent que plusieurs usagers sont en situation de vulnérabilité importante lorsqu’ils bénéficient d’aide alimentaire pour la toute première fois. L’étude soulève que les trois quarts des nouveaux demandeurs d’aide alimentaire ont des revenus de moins de 20 000 $ par an. Elle démontre aussi que leur santé mentale et physique est significativement inférieure à celle de la moyenne de la population.

L’étude PARCOURS révèle également que l’insécurité alimentaire se vit de manière différente en fonction du milieu de vie. On note en effet une plus grande fragilité dans les environnements ruraux, alors que 50 % des ménages composés de nouveaux usagers sont en situation d’insécurité alimentaire grave, contre 39 % en centres urbains.

L’étude PARCOURS indique également que les banques alimentaires constituent pour 86 % des nouveaux demandeurs, une porte d’entrée vers d’autres services communautaires offrant différents types de soutien pour combler leurs besoins.

« Les premiers constats de l’étude PARCOURS nous permettent de mieux comprendre la réalité des usagers lorsqu’ils ont recours à l’aide alimentaire pour une première fois. Ces observations sont d’ailleurs en adéquation avec ce que les organismes membres de Banques alimentaires du Québec observent sur le terrain. Alors que la pandémie a exacerbé les besoins en aide alimentaire et entraîné une hausse de la demande d’environ 30%, nous nous attendons à ce que les besoins continuent d’augmenter, puisqu’historiquement, les effets d’un ralentissement économique se font sentir à plus long terme sur la demande d’aide alimentaire. Les conclusions qui suivront lors des prochaines phases de l’étude seront d’autant plus pertinentes dans ce contexte et nous permettront d’être encore plus agiles sur le terrain. »
— Véronique Beaulieu Fowler, directrice communications & philanthropie, Banques alimentaires du Québec

LIRE LE COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMPLET

VOIR LE RÉSUMÉ DES PREMIÈRES DONNÉES

Cette infographie fut réalisée avec le soutien du Programme de mobilisation des connaissances de l’Université de Montréal.